Société en mouvement

Cercle de réflexion


Poster un commentaire >

Lors de notre soirée débat sur l’Education, nous avons eu le plaisir d’accueillir Isabelle Wekstein-Steg, avocate, qui a co réalisée ce reportage « Les Français c’est les autres ».

Un reportage qui amène à réfléchir et que nous vous invitons à regarder.

En savoir plus : http://rue89.nouvelobs.com/2016/02/02/les-francais-cest-les-autres-docu-limpasse-identitaire-263048

http://www.profencampagne.com/2016/02/les-francais-c-est-les-autres-le-documentaire-infrarouge-dans-son-integralite-entretien-avec-les-auteurs.html

Publicités


Poster un commentaire >

Laurent Bigorgne est venu nous présenter les  réflexions de l’Institut Montaigne autour de l’apprentissage, et les discriminations religieuses à l’embauche. 2 rapports à lire de toute urgence !

 

                        

 
« UNE NOUVELLE AMBITION POUR L’APPRENTISSAGE :10 PROPOSITIONS CONCRÈTES 1
L’alternance (professionnalisation et apprentissage2) s’est considérablement développée en France puisque le nombre de jeunes en alternance a triplé depuis le milieu des années 1980.
De ce fait, la proportion des jeunes de 16 à 25 ans en alternance dans notre pays est désormais supérieure à la moyenne de l’OCDE. Cela étant, plusieurs raisons militent fortement pour une amplification du mouvement : l’apprentissage évite le décrochage des jeunes en leur proposant une véritable formation qualifiante.
Alors que chaque année 120 000 jeunes sortent du système éducatif sans diplôme, la formation en alternance constitue un mode de formation alternatif qui permet aux jeunes de se former à des métiers concrets et d’apprendre à interagir dans un univers collectif en développant leurs savoirs être et savoirs faire au sein de l’entreprise ; l’insertion durable des jeunes peu qualifiés sur le marché du travail reste plus difficile en France que dans les pays européens les plus performants dans ce domaine, qu’elle soit mesurée par le taux de chômage ou par la durée entre l’entrée sur le marché du travail et l’obtention d’un premier CDI.
Dans ce contexte, l’alternance, qui facilite considérablement l’insertion professionnelle est de toute évidence une réponse très adaptée à ces difficultés ; contrairement à la majorité des pays qui ont un salaire minimum dédié aux jeunes, la France a fait jusqu’à présent le choix de ne pas instituer de « SMIC jeune », ce qui écarte de l’emploi durable une grande majorité de jeunes sans qualification.
Cette barrière du SMIC est parfaitement documentée par les travaux d’économistes de toute obédience. Le fait que 30 %des jeunes en emploi sont rémunérés au SMIC conforte évidemment cette thèse. Dans ce contexte, l’alternance fait d’une pierre deux coups : il est un moyen socialement acceptable de modérer le salaire et le coût du travail pour des jeunes peu ou pas expérimentés, tout en élevant leur niveau de qualification et, partant, leurs perspectives d’embauche.

http://www.institutmontaigne.org/fr/publications/une-nouvelle-ambition-pour-lapprentissage-dix-propositions-concretes


Poster un commentaire >

Autre intervenant lors de notre soirée débat François Xavier Bellamy qui est venu défendre sa thèse : les déshérités ou l’urgence de transmettre ! Les déshérités

Cinquante ans après Les Héritiers : les étudiants et la culture de Pierre Bourdieu, paru en 1964, François-Xavier Bellamy dresse le constat suivant : nous voulons toujours éduquer mais nous ne voulons plus transmettre. Cette crise de la culture n’est pas le résultat d’un problème de moyens, de financement ou de gestion. Il s’est produit, dans nos sociétés occidentales, un phénomène unique, une rupture inédite : une génération s’est refusée à transmettre à la suivante ce qu’elle avait à lui donner, l’ensemble du savoir, des repères, de l’expérience humaine qui constituait son héritage. Dans cet ouvrage, l’auteur pose la question : comment reconstruire le dialogue des générations ? Et trace des pistes pour ne pas laisser dans le dénuement une génération qui crie qu’elle ne veut pas mourir.